La Coalition pour mettre fin à la violence faite aux femmes

The Coalition to End Violence Against Women (CEVAW) and Rodman Hall Art Centre announce that they have established a partnership to bring a significant International Poster Exhibition to St. Catharines from February 28th, 2013 to March 7th, 2013 (the eve of International Women’s Day). Read more.

 

Notre mission

La Coalition pour mettre fin à la violence faite aux femmes (CEVAW) agit comme une voix collective pour les organismes de la région de Niagara dont elle se compose. Elle s’emploie à mettre fin à la violence faite aux femmes grâce à la sensibilisation, à l’éducation, au partage de renseignements, au réseautage ainsi qu’à l’identification et à l’élimination des obstacles systémiques qui la perpétuent.

À propos de la Coalition pour mettre fin ȧ la violence faite aux femmes

Nous croyons que la violence faite aux femmes et aux enfants résulte de l’inégalité entre les sexes ainsi que de l’abus de pouvoir et de contrôle. La violence est un schéma de comportement. Elle peut prendre plusieurs formes : violence physique, sexuelle, émotionnelle, financière ou psychologique. Nous reconnaissons que les hommes sont souvent les auteurs de violence et croyons que toute personne a le droit de vivre une vie exempte de violence et sans crainte de violence. Nous préconisons la « tolérance zéro ».

Nous croyons que les enfants témoins de violence ont des besoins distincts auxquels il faut répondre et que la sécurité des femmes et des enfants revêt une importance capitale. Nous croyons qu’il importe de donner du pouvoir aux femmes pour éliminer les mauvais traitements, que la violence est un problème sociétal qui ne peut être éradiqué que si on s’y attaque à tous les échelons et que les auteurs de violence doivent être tenus responsables de leurs actes. Nous croyons que les survivantes de violence apportent une perspective importante à la planification de la prestation de services dans notre communauté.

Par ailleurs, nous croyons que les activités auxquelles nous nous livrons en tant que collectif devraient être adaptées aux besoins distincts de toutes les personnes touchées, peu importe leur culture, leur origine ethnique, leur religion, leur orientation sexuelle, leurs capacités physiques ou mentales, leur langue et leur statut socio-économique. Nous croyons qu’en tant que coalition, nous devons rendre des comptes à nos parties prenantes. Enfin, nous croyons que les meilleures solutions résultent d’un processus respectueux et collaboratif.